Mon quartier au quotidien


L’ex-collège Serin fait débat au conseil d’ar­ron­dis­se­ment

« Ce soir, Sylvie Palo­mino (adjointe à l’édu­ca­tion) , c’est votre soirée, 40% des rapports sont sur l’édu­ca­tion » annonçait David Kimel­feld au début du conseil d’ar­ron­dis­se­ment de rentrée du 4e. Des subven­tions de la réno­va­tion de la crèche Saint Bernard à celles de l’ Asso­cia­tion des assis­tantes mater­nelles et des Parents de la Croix-Rousse en passant par les crédits dans les écoles pour accom­pa­gner les enfants allo­phones, tout a été voté à l’una­ni­mité.  » C’est un carton plein ! Pour vu que cela dure  » se réjouit alors David Kimel­feld. Mais c’était sans comp­ter sur le sujet épineux de l’ex-collège Serin qui mono­po­lisa presque la moitié de la séance.

Le dossier Serin pas si serein

Alors que Jean Truc, l’adjoint à l’ur­ba­nisme fini de présen­ter son rapport sur « La cession d’une parcelle bâtie sous le numéro 31 de la section AE appar­te­nant au domaine privé de la commune situé 2 bis place Serin au profit des socié­tés Aris­tote et Promo­val« , parlant donc ici du rachat d’un bâti­ment par des promo­teurs, c’est au tour de Josse­lin Edouard (LR) de l’op­po­si­tion de prendre la parole. Pour lui, le dossier est « en progrès, mais doit mieux faire« , une vision parta­gée par son homo­logue dans l’op­po­si­tion, Étienne Tête (EELV).

En effet, le prix d’achat a été revu à la hausse de 230 000?, rame­nant ainsi le prix du mètre carré à 743? au lieu des 600? initia­le­ment prévus. Une nouvelle qui fait l’una­ni­mité. Mais ce n’est toujours pas assez pour l’op­po­si­tion. « Les Croix-Rous­siens payent plus de 3000 euros le mètre carré donc on pour­rait encore faire un effort pour un promo­teur qui est prêt à inves­tir des millions » souligne Étienne Tête.

« Je ne comprends pas le montage »

Pour rappel, l’ex-collège Serin est censé être recon­verti en 40 loge­ments étudiants, gérés par le Crous et en parte­na­riat avec Lyon Métro­pole Habi­tat (LMH). Pour Josse­lin Edouard, la vente du bâti­ment à un promo­teur est un « non-sens ».  » Je ne comprends pas le montage. On vend un bâti­ment classé à un promo­teur privée pour qu’une insti­tu­tion publique le rachète ensuite pour en faire des loge­ments. Pourquoi LMH n’achète pas direc­te­ment le bâti­ment ?  » Toujours sans réponse du maire, l’élu LR enchaîne en soule­vant un problème juri­dique.  » Dans le dossier de consul­ta­tion, il est mentionné un acte de cession qui garan­tira la péren­nité de cet usage d’équi­pe­ment d’in­té­rêt collec­tif. Néan­moins, dans le projet de déli­bé­ra­tion, elle a disparu au profit d’un délai de 15 ans, et après ?  » s’in­ter­roge Josse­lin Edouard. En effet, les deux closes ont bien différé entre le dossier de consul­ta­tion et le projet de déli­bé­ra­tion muni­ci­pale.

L’in­té­rêt des habi­tants

À la fin de l’in­ter­ven­tion de l’élu, le maire passe direc­te­ment la parole à Étienne Tête qui dans un premier temps soutien l’op­po­si­tion LR sur les progrès qui doivent être fait sur le dossier, avant de faire un long laïus sur son inquié­tude de la vente du patri­moine français aux étran­gers. À ce moment, David Kimel­feld profite de son égare­ment pour recen­trer le débat sur les habi­tants et sur ce que devrait appor­ter cette réha­bi­li­ta­tion au quar­tier. «  En tout, se sont 75 étudiants qui loge­ront dans le bâti­ment et consom­me­ront dans le quar­tier. En plus, il accueillera un espace de cowor­king accom­pa­gné d’une crèche pour les jeunes parents qui voudront venir travailler là-bas, c’est une première en France. Cette réha­bi­li­ta­tion va redy­na­mi­ser le quar­tier » défend le maire avant de passer très rapi­de­ment aux deux derniers rapports sur les subven­tions cultu­relles.

Une fin de conseil tendu, qui se conclura sur une ques­tion concer­nant le collec­tif AV67 qui s’op­pose à la construc­tion de deux bâti­ments derrière la Poste du Gros Caillou. Le maire a alors annoncé les rece­voir la semaine prochaine pour faire le point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *